En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
Texte à méditer :   La gentillesse est un langage que les sourds peuvent entendre et les aveugles voir.  cool   
Texte à méditer :   Dans les fins de mois, ce qui est le plus dur, c'est les 30 derniers jours surprise   Coluche
Texte à méditer :   Le tact dans l'audace, c'est de savoir jusqu'où on peut aller trop loin.  sad   Jean Cocteau
Texte à méditer :   L'ennemi est bête, il croit que l'ennemi c'est nous, alors que c'est lui.  cheeky   Pierre Desproges
Texte à méditer :   Y vaut mieux aller al maison d'un plaigneux,qu'a chelle d'un vantard  eek   
Texte à méditer :   Comme in fait sin pieu, in s'couque   biggrin   
Texte à méditer :   Cha vaut mieux d'n'avoir qu'un oeil que d'rin vire eek   
Texte à méditer :   Ché grand diseux sont pas des grands faiseux  wink   
Texte à méditer :   Ti ch’te r’connos, t’es d’min coin ! frown   
Texte à méditer :   Ech’ti qui va al ducass’ i perd es’ plach’  angel   
Texte à méditer :   Armettez nous ches verr' comm' y' z'étott !  cool   
Texte à méditer :   Je ne bois jamais à outrance, je ne sais même pas où c'est. angel   Inconnu
Texte à méditer :   Le lundi, je suis comme Robinson Crusoé, j'attends Vendredi. wink   Inconnu
Texte à méditer :    La pression, il vaut mieux la boire que la subir  cheeky   Inconnu
Texte à méditer :   La médecine du travail est la preuve que le travail est bien une maladie ! surprise   Inconnu
Texte à méditer :   Un jour j'irai vivre en Théorie, car en Théorie tout se passe bien. laugh   Inconnu
Texte à méditer :    Je n'ai jamais abusé de l'alcool, il a toujours été consentant.  surprise   Inconnu
 
Vous êtes ici :   Accueil » La guerre de 1870
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Traducteur

Le village aujourdhui

Services

 ↑  

Informations

Associations

La religion

Calendrier

Archives


+ Année 2019
 -  Année 2019
+ Année 2015
 -  Année 2015
+ Année 2014
 -  Année 2014
 Septembre 2014
+ Année 2013
 -  Année 2013
 Février 2013
+ Année 2012
 -  Année 2012
+ Année 2011
 -  Année 2011
+ Année 2010
 -  Année 2010
+ Année 2009
 -  Année 2009
 Août 2009
+ Année 2008
 -  Année 2008
+ Année 2006
 -  Année 2006
 ↑  

Vidéos

Webcam

Le village d'antan

 ↑  

sondage

Comment trouvez vous ce site?

Privé

BIENVENUE
SUR LE NOUVEAU SITE WEB
DU VILLAGE
DE BOISLEUX AU MONT

voeuxdumaire2019.jpg


Fermer

Nouveau  La guerre de 1870

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://village62175.craym.eu/data/fr-articles.xml

Les Causes


1- Volonté de Bismarck de mener une guerre victorieuse contre la France, pour cimenter l'unitée allemande avec l'empereur prussien et protestant. Le chef d'état major allemend, Moltke connait l'absence de préparation de l'armée française due:


- à l'expédition du Mexique qui a désorganisé l'administration militaire
- au rejet de la loi Niel par la Chambre,
- à la faiblesse de l'artillerie française (canons se chargeant par la bouche),
- aux traditions tactiques de l'armée d'Afrique, impropres à une guerre européenne (fantassins lourdement chargés, bivouacs en plein air, dispositifs resserrés),

- au vieillissement et au manque de valeur des généraux ; Moltke et Bismarck décident de déclencher la guerre en juillet (motif : le 1 aout, le traité d'alliance militaire avec la Bavière devient caduc ; ils savent que Louis II refusera de le renouveler).

 2- Volonté de l'impératrice Eugénie de mener une guerre victorieuse pour assurer l'accession au trône du Prince impérial (14 ans) Napoléon III, malade, est proche de sa fin (les Français, sauf Thiers, sont convaincus de la supériorité de leurs armées, victorieuses depuis la Crimée, 1854-1855, le Mexique passant pour une victoire).

3- Bellicisme des garibaldiens : les partisans de la République italienne savent qu'une guerre obligerait la France à rappeler les troupes envoyées à Rome pour soutenir le pape. Ils poussent à la guerre sur le Rhin pour dégarnir l'État pontifical.
 
4- Affaire de la succession d'Espagne  qui est sensible pour Eugénie  d'origine espagnole
 
Le 21-6-1870 Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen (cousin catholique du roi de Prusse) est candidat au trône d'Espagne, vacant depuis 1868 ;
 
Le 6-7-1870 Antoine, duc de Gramont (14-8-1819/17-1-1880), ministre des Affaires étrangères depuis 17-5-1870, annonce au Corps législatif que la France fait opposition

Le 12-7-1870 Retrait de Léopold, notifié par son père le Prince Antoine
 
Le 13-7-1870 Gramont demande que ce retrait soit garanti par son suzerain, le roi de Prusse (à cause du précédent roumain de 1866 : Charles de Hohenzollern était devenu roi de Roumanie malgré une renonciation antérieure) ;
Le roi de Prusse (alors à Ems), blessé par cette demande, décide de ne plus recevoir l'ambassadeur français (à Berlin depuis nov. 1864) Vincent Comte Benedetti et fait envoyer à par le conseiller diplomatique Abeken un télégramme à Bismarck lui relatant le dernier entretien avec Benedetti, Bismarck, voulant exploiter ce qui n'était qu'un incident diplomatique, " abrège " cette dépêche d'Ems, faisant ainsi apparaître le refus d'audience comme un affront fait à la France le roi avait autorisé Bismarck à publier la dépêche, mais Bismarck adressa le texte tronqué aux journaux (dont la Gazette de l'Allemagne du Nord) : la France s'indigne, Napoléon III, l'impératrice et une majorité de ministres sont déterminés à la guerre
  
Le 15-7-1870 le texte exact de la dépêche n'est communiqué ni au Sénat ni au Corps législatif

Le 19-7-1870 Émile Ollivier, porté par l'opinion publique, déclare la guerre.



 



aigle1870.gif

 


Les Forces armées Françaises

drapeau1870.jpg

 






franais.jpg


600 000 hommes instruits + 200 000 hommes " mobiles " de la garde nationale.






 
Les Forces armées Allemandes

drapeauallemend1870.jpg



 


prussien.gif


Confédération de l'Allemagne du Nord : 972 434 hommes (dont 765 000 hommes exercés)
       du Sud : Bavière : 221 304 hommes
                          Wurtemberg :  29 238 hommes
              Bade : 14 000 hommes


 
Les effectives des deux armées

1er partie juqu'à la capitulation de Metz
France : 350 000 hommes
Prusse : 450 000 hommes

2éme partie à Paris :
France : 400 000 hommes ( soldats : 131 000 hommes et mobiles : 70 000 hommes )
Allemagne : 250 000 hommes
                 en province :

France : 600 000 hommes
Allemagne : 350 000 hommes ( 1 003 485 allemands entrent en France dont 780 723 en aout 1870 )

Marine Française :
339 bâtiments dont 45 cuirassés

Marine Allemande
5 cuirassés
La flotte allemande se réfugie dans la baie de la Jade

La Marine Française fournit  à l'armée de terre 30 000 hommes, 2300 canons et 100 mitrailleurs
 


 






 




 










 





LA BATAILLE DE BAPAUME


 

bapaume1870.jpg

Le 3 janvier 1871



 

bapaume1870.jpg



 

 
 La Bataille de Bapaume eut lieu le 3 janvier 1871 lorsque les Français tentèrent de mettre fin au siège de Péronne. Elle se déroula près du village de Bapaume et se termina par une victoire stratégique prussienne. La Ie Armée prussienne arriva à Bapaume à la fin du mois de décembre 1870 alors qu'au même moment l'Armée du Nord du général Faidherbe sortait pour mettre fin au siège prussien de Péronne. Les deux armées se rencontrèrent près de Bapaume. Bien que les soldats de Faidherbe entouraient les Prussiens expérimentés mais dépassés numériquement, ils ne parvinrent pas à profiter de leur avantage et durent battre en retraite. Ceci eut pour conséquence la capitulation de Péronne le 10 janvier. Les troupes prussiennes allaient rapidement recevoir des renforts et elles affrontèrent à nouveau Faidherbe deux semaines plus tard lors de la Bataille de Saint Quentin. La bataille de Bapaume fut livrée les 2 et 3 janvier 1871 aux territoires de Biefvillers-lès-Bapaume et de Bapaume. Le général Faidherbe à la tête de l'Armée du Nord arrêta les Prussiens. Après la bataille de Pont-Noyelles, nous voyons le général Faidherbe, pressé par un ennemi qui allait devenir d'instant en instant plus nombreux et pouvait le couper de sa ligne de communication, se retirer en bon ordre vers le Nord, sur Arras et Douai. Le 27 décembre, il arrête son mouvement et prend position sur la ligne Fampoux, Vitry, Corbehem, appuyant sa droite à Arras et sa gauche à Douai, et protégé en avant par le cours de la Scarpe. Là, il ravitaille ses troupes et les fait reposer. Pendant ce temps, l'ennemi, décidément maître d'Amiens depuis l'affaire de Pont-Noyelles, avait marché sur Péronne, l'avait investi et, le 28 décembre, avait commencé le bombardement de la place. C'est alors que Faidherbe se décide à reprendre l'offensive. Le 31 décembre, il s'avance au Sud d'Arras, sa droite à Rivières-Groseille, sa gauche à Tilloy. Le 1er janvier 1871, il assemble ses généraux à Beaurains et, malgré leur avis, décide qu'on marchera en avant.
 
« Messieurs, leur dit-il, vous avez peut-être raison, mais laisser bombarder Péronne sans tenter de le secourir, lorsque j'ai sous mes ordres au moins 30 000 hommes et 90 pièces de canon, c'est encourir à coup sûr le déshonneur. Or, j'aime mieux être battu en faisant mon devoir que déshonoré par une accusation de pusillanimité, nous partirons demain matin pour marcher à l'ennemi : vous recevrez ce soir les ordres de marche. »
 
Jetons un coup d'œil sur les positions prussiennes et les troupes qu'allait aborder l'armée du Nord. Ces troupes formaient l'aile droite de la première armée, dont l'aile gauche opérait sur la basse Seine; elles étaient sous le commandement en chef du général de Goeben. Le général comte de Gröben, commandant la 3e division de cavalerie, était à Bucquoy avec trois compagnies d'infanterie, dix escadrons et demi et une batterie. La 15e division occupait Bapaume avec onze bataillons, quatre escadrons et quatre batteries. Son chef, le général de Kummer, avait placé en première ligne la 30e brigade d'infanterie (général de Strubberg) avec trois escadrons et trois batteries, de Bapaume à Béhagnies, et en seconde ligne la 29e brigade (général de Bock) sur la ligne Bertincourt-Sailly-Saillisel, avec un escadron et deux batteries. Le 8e bataillon de chasseurs restait à la disposition du général de Goeben vers Combles et Morval, avec deux batteries à cheval. Sur la route de Péronne à Cambrai, à Fins, se trouvait le prince Albrecht ayant sous ses ordres la brigade combinée de cavalerie de la garde, une batterie à cheval et un bataillon détaché du régiment de fusiliers n° 33. 
Nous sommes le 2 janvier, le ciel est gris, le temps froid. Les troupes françaises se mettent en marche dès la première heure. La division Derroja du 22e corps (général Lecointe) qui forme la droite arrive jusqu'à Bucquoy d'où les Prussiens se sont retirés sur Puisieux et Miraumont, puis elle fait un à-gauche et vient cantonner à Achiet-le-Petit, sans avoir tiré un coup de fusil. Au centre, la division du Bessol du même corps, avec laquelle marche le général Faidherbe, se dirige sur Ablainzevelle qu'elle atteint vers midi. Au 23e corps (général Paulze d'lvoy), la marche est loin d'être aussi facile. La division Payen s'est avancée par Boisleux et Ervillers, et au sortir de ce dernier village déploie la brigade Michelet pour enlever Béhagnies; deux batteries sont mises en position à droite et à gauche de la route. La brigade Delagrange reste en réserve à Ervillers. La brigade Michelet s'avance avec confiance sur trois colonnes, croyant le village occupé seulement par des avant-postes peu nombreux. La colonne du centre n'atteint les premières maisons quand un feu terrible l'accueille et la refoule en désordre. Elle ne tarde pas pourtant à se reformer, s'élance de nouveau et enlève Béhagnies, rejetant les Prussiens sur Sapignies. Mais la colonne de droite a fait un trop long détour et n'est pas en mesure de la soutenir, et la colonne de gauche, accueillie, elle-même de près par des volées de mitraille et chargée par la cavalerie, est rejetée sur Ervillers, laissant 250 prisonniers aux mains des Prussiens, qui réoccupent immédiatement Béhagnies. Il est environ deux heures. La division Robin (mobilisés) du 23e corps n'a pas encore paru sur le champ de bataille, ce n'est que vers deux heures et demie qu'elle est signalée près de Mory, ayant perdu un temps précieux à passer par Croisilles et Saint-Léger, au lieu de suivre la division Payen. On peut affirmer que, si elle eût figuré dans l'affaire de la matinée, elle eût pu, par sa seule présence. lui donner une tout autre issue. Cependant la brigade Delagrange s'est portée en ligne à Ervillers pour remplacer la brigade Michelet, et le reste de la journée se passe sans que l'on sorte de part ni d'autre de ses positions. 
Au centre, Faidherbe, qui ne sait rien de ce qui vient de se passer au 23e corps fait attaquer Achiet-le-Grand dont il chasse les Prussiens; et occupe également Bihucourt. À cinq heures, il fait arrêter le 22e corps en arrière de Biefvillers-lès-Bapaume et de Grévillers et établit son quartier général à Achiet-le-Grand. Vers sept heures du soir, le général de Kummer, trouvant la brigade Strubberg trop en l'air, la fait rentrer à Bapaume où se trouve ainsi réunie toute la 15e division, Il compte défendre la ville en s'appuyant sur la ligne Grévillers-Biefvillers-lès-Bapaume-Favreuil-Beugnâtre. Le général de Goeben sera à Pys avec un bataillon, quatre escadrons et quatre pièces. Le prince Albrecht qui est à Fins reçoit du général de Goeben, resté à Combles, l'ordre d'amener son détachement à Bertincourt. En outre, Goeben demande aux troupes de Barnekow qui investissent Péronne trois bataillons et quatre batteries qui devront arriver à neuf heures du matin à Sailly-Saillisel.
Les ordres de Faidherbe pour le 3 janvier sont que le 23e corps reprendra sa marche par la route de Bapaume, la division Payen suivant directement la route, la division Robin marchant de Mory pour tourner Favreuil. La division du Bessol s'avancera de Bihucourt sur Biefvillers-lès-Bapaume, et Derroja qui est à Achiet-le-Petit se dirigera sur Grévillers. Le 3, le jour se lève très sombre, la terre est couverte de neige, le froid intense. De grand matin, Faidherbe recommence l'attaque au centre, du Bessol se lance sur Biefvillers-lès-Bapaume et Derroja sur Grévillers. À gauche, la division Payen entre à Béhagnies et Sapignies évacués par l'ennemi ainsi qu'on l'a vu, et se rabat sur Favreuil fortement occupé. Quant à la division Robin, dont les troupes ne sont pas capables de rester en ligne sous la moindre fusillade, elle se borne à couvrir notre gauche par sa présence. À droite, Grévillers est vivement enlevé par les troupes du général Derroja, et Biefvillers-lès-Bapaume, vigoureusement défendu, l'est lui-même bientôt, à la faveur d'un mouvement tournant par la gauche, exécuté par les troupes de du Bessol. Puis, l'artillerie française ayant éteint le feu des canons prussiens, les soldats français s'élancent directement sur Bapaume, trouvant Biefvillers-lès-Bapaume, la route de Bapaume et les maisons d'Avesnes encombrés de blessés prussiens; ils font là de nombreux prisonniers. La division du Bessol pénètre même dans le faubourg d'Arras, mais les Prussiens parviennent à l'arrêter, grâce aux fossés et aux pans de murailles restant des anciennes fortifications, qui facilitent singulièrement la défense.
A gauche, le 23e corps se rend maître de Favreuil, aussitôt que son chef a fait remplacer à la gauche de sa ligne d'attaque la division Robin : deux bataillons de la brigade Delagrange. De ce côté, les Prussiens se mettent en pleine retraite, et il se produit sur toute la ligne une sorte d'accalmie. Dans l'après-midi, les Prussiens qui ne veulent pas encore s'avouer battus cherchent à tourner la droite des Français par Tilloy. Le général Lecointe dirige sur ce village la brigade Pittié qui s'en empare, malgré une vive résistance, et s'y maintient. Ensuite c'est Ligny qui est vivement disputé, mais reste en définitive aux Prussiens. À la nuit tombante. Les Français n'en sont pas moins victorieux sur toute la ligne, puisque les Allemands ont été chassés de toutes les positions qu'il occupait le matin. Les troupes françaises passent dans les villages conquis la nuit que les Prussiens emploient à évacuer Bapaume et à se mettre en retraite. Les quelques lignes suivantes, extraites de l'ouvrage du grand état-major prussien sur la Guerre franco-allemande, se chargent de montrer l'état où les troupes françaises avaient réduit leur adversaire :
 
« [...] de leur côté, les Allemands non plus n'étaient rien moins que désireux de reprendre la lutte immédiatement. L'artillerie ne parvenait même pas à reconstituer un approvisionnement suffisant [...]. Les soldats avaient un besoin urgent de repos. Afin de le leur ménager, la retraite en arrière a été décidée; et dans la matinée du 4, le mouvement était déjà en voie d'exécution, quand les avant-postes annoncèrent que l'ennemi s'était retiré des villages au Nord de Bapaume. »
 
Faidherbe laissa cependant passer l'occasion de donner à sa victoire un caractère décisif, en ne faisant pas coûte que coûte recommencer le lendemain la marche en avant, comme le voulaient plusieurs de ses généraux cette fois plus confiants que lui. Il n'y a pas à douter que Péronne aurait été délivré le lendemain même, puisque le major Schell du grand état-major prussien nous apprend dans son livre les Opérations de la première armée que
« Le général Barnekow reçut à deux heures (le 3) l'ordre de se tenir prêt à lever le siège ».Le général en chef de l'armée du Nord, en présence du froid extrême, de la fatigue des troupes, de la nécessité du ravitaillement, et comptant sur une défense de Péronne assez longue pour lui permettre de renouveler sa tentative à quelques jours de délai, donna l'ordre à ses troupes de se retirer, le 4, à une dizaine de kilomètres au Nord de Bapaume, dans leurs cantonnements de Boisleux (Boisleux-au-Mont et Boisleux-Saint-Marc), pour se refaire avant de reprendre la lutte. La bataille de Bapaume avait avait coûté à la France 1319 hommes tués ou blessés et 800 disparus dont le plus grand nombre se composait de mobilisés du général Robin, rentrés sans plus de façon dans leurs foyers. Les Allemands avouèrent le chiffre de 40 officiers et 740 hommes tués ou blessés, mais des témoignages dignes de foi portent ce nombre à 1100 hommes environ. Si l'on fait abstraction de la division Robin qui fut pour les Français plutôt un élément de faiblesse qu'une aide efficace, à cause de la confiance que sa pusillanimité inspirait aux Prussiens, nous évaluerons les forces françaises à environ 25 000 hommes dont un quart de mobiles. Les Allemands disposaient de 15 000 hommes abrités derrière les obstacles les plus faciles à défendre. 
Sources : Wikipedia

 
 LE VILLAGE DE BOISLEUX AU MONT 
PENDANT LA  GUERRE DE 1870
 
faidherbeaboisleux.jpg
 Le QG du Général Faidherbe à Boisleux au mont


qgfaidherbeboisleux.jpg


faidherbeaboisleux1bis.jpg

 
Source: Histoire de la révolution de 1870-71 par jules Claretie 1877

faidherbeaboisleux2bis.jpg
Source: Histoire générale du IV siécle à nos jours Tome XI


 
sous-les-prussiens.jpg




"BOISLEUX AU MONT après avoir été visité le 26 décembre 1870 par les éclaireurs prussiens, fut envahi le 10 par un bataillon d'infanterie. Un gros détachement de l'armée française y séjourna du 4 au 29 janvier 1871"
Source: Dictionnaire historique et archéologique du département du pas de Calais. Arrondissement d'Arras Tome2

 



MORT POUR LA FRANCE
JOANNES Aimé né vers 1843 à Boisleux au mont était le fils de Joseph JOANNES meunier à BOISLEUX AU MONT, et habitait dans la rue du Calvaire Il fut incorporé au  89 ième régiment d'infanterie de ligne.Fait prisonnier à ULM (Allemagne) Il décéde suite à la maladie  le 7 février 1871
Il avait 28 ans et était menuisier

 
Sources: Captivité à ULM par le RP Joseph 1872
                Liste nominative de BOISLEUX en 1866


 


Date de création : 13/01/2010 - 18:21
Dernière modification : 13/10/2013 - 18:12
Catégorie : -


Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Membres connectés


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  42906 visiteurs
  1 visiteur en ligne

Connectés :
( personne )
Snif !!!
 ↑  

Renseignements

Newsletter

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :
 ↑  
Vous êtes ici :   Accueil » La guerre de 1870
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Informatique et liberté

Site enregistré à la CNIL sous l'agrément 1175567
 
En application de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 « Informatique et Liberté » (article 16 et 34), chaque Membre dispose des droits d'opposition, d'accès et de rectification des données le concernant. Chaque Membre s’engage, dans le respect des lois et de la charte à ne pas porter atteinte aux droits de tiers, (propriété intellectuelle - vie privée - droit à l’image – diffamation –incitation à la haine ou à la violence ) ainsi qu’à l’ordre public ou aux bonnes mœurs. La législation notamment pénale s'applique sur le Web comme partout.
 ↑